26 juin 2019

Messier - M87- et le Super Centre Galactique


Photo : Wikipedia





En ce jour du 26 juin 1730, naissait Charles Messier, astronome français. Messier a grandi à Badonviller en Lorraine. Il est célèbre pour la publication d'un catalogue astronomique composé de nébuleuses et de amas d'étoiles qui sont connus sous le nom d'"objets Messier". Le but du catalogue était d'aider les astronomes, en particulier les chasseurs de comètes comme lui-même, à distinguer entre les objets flous permanents et transitoires dans le ciel. Il a établi des noms alphanumériques pour les objets (M1, M2, etc. ), et cette notation continue d'être utilisée en astronomie aujourd'hui. http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/26_June  M87 est une galaxie elliptique supergéante. qu'il découvre en 1781 .
La galaxie elliptique monstrueuse M87 abrite plusieurs trillions d'étoiles, un trou noir supermassif et une famille de 15 000 amas d'étoiles globulaires. M87 est la galaxie dominante au centre du groupe de galaxies voisines de la Vierge, qui contient environ 2 000 galaxies.
Il observe (2) Pallas le 6 avril 1779, 23 ans avant sa découverte, note sa position et pense qu'il s'agit d'une étoile3.
Le 12 juillet 1801, il est le co-découvreur, avec Pons, Méchain et Bouvard, de la comète C/1801 N1.
Louis XV l'appelait « Le furet des comètes ». Il devient membre de l'Académie des Sciences en 1778.
Il faut cependant reconnaître que la renommée de Charles Messier est avant tout issue de son catalogue de 110 objets du ciel profond d'aspect diffus (amas stellaires et nébuleuses au sens de l'époque), catalogue qu'il produisit à l'intention des chercheurs de comètes afin d'éviter toute confusion avec ces objets fixes mais encore étranges. 


Une anecdote révélatrice de l'aspect Uranien chez Messier


Messier s'empressa de suivre la planète Uranus, aperçue par Herschel le 13 mars 1781 Cette découverte, unique alors dans les fastes de l'astronomie, avait été annoncée à Messier par Maskelyne. Depuis près d'un an, il observait assidûment le cours du nouvel astre, lorsqu'un accident terrible vint interrompre ses travaux pour longtemps, et faillit y mettre un terme pour toujours. Il se promenait, le 6 novembre 1781, avec le président Saron et ses enfants, au jardin de Monceaux; il sortait d'une grotte qui avait attiré son attention; une porte ouverte lui parut l'entrée d'une autre grotte; c'était une glacière. Il entre sans précaution, et tombe de 25 pieds de haut sur un tas de glaçons; il se cassa le bras et la cuisse, il a deux côtes enfoncées, et à la tête une blessure par laquelle il perd beaucoup de sang. On parvient avec peine à le tirer de la glacière. Malgré l'habileté reconnue d'un chirurgien son confrère à l'Académie, la cure est longue et imparfaite. Il se souvient que, dans son enfance, s'étant laissé tomber d'une fenêtre, il avait eu une cuisse cassée; mais il ne sait plus laquelle, tant la guérison, qui était l'oeuvre d'un paysan de son village, avait été heureuse. Il prend en dégoût l'art et la science; il se met entre les mains de Dumont, plus connu sous le nom de Valdajou, qui lui casse la cuisse de nouveau pour la mieux remettre, et le replace encore pour plusieurs mois sur le lit, qu'il ne quittait que depuis quelques jours. Tous les ordres de la société, prirent part à son malheur. Le président Saron, Boscovich et Sage, ses confrères, se distinguèrent parmi ceux qui lui prodiguaient les marques du plus tendre intérêt. Ce dernier lui fit obtenir une pension de 1000 livres et une gratification de 2400 liv. Un an et trois jours après sa chute, il remonte pour la première fois à son observatoire pour se préparer à l'observation du passage de Mercure qu'il vit entrer sur le Soleil, trois jours plus tard, le 12 novembre 1782...  http://www.cosmovisions.com/Messier.htm




Messier ayant découvert M87 quelques mots au sujet de cette galaxie  :

Contrairement aux galaxies spirales en forme de disque, Messier 87 n'a pas de bande de poussière (en) et a une forme elliptique. En son cœur, elle possède un trou noir supermassif qui constitue l'élément principal d'un noyau galactique actif, une forte source de rayonnement dans toutes les longueurs d'onde particulièrement de micro-ondes. Un jet de plasma énergétique émerge du cœur et s'étend sur au moins 5 000 années-lumière

L'astronome américain Edwin Hubble catégorisa Messier 87 comme l'une des plus brillantes nébuleuses globulaires, parce qu'elle lui manquait une structure en spirale mais qu'elle semblait appartenir à la même famille des nébuleuses non galactiques comme les nébuleuses spirales13. En 1926, il créa une nouvelle classification des nébuleuses, décrivant Messier 87 comme étant une nébuleuse elliptique extra-galactique sans aucune élongation apparente (classe E0)14. Jusqu'en 1931, Hubble identifia Messier 87 comme un membre de l'amas de la Vierge, pour lequel il estima provisoirement une distance de environ 1,8 Mpc (∼5,87 millions d'a.l.) de la Terre. À cette date, c'était le seul exemple connu de nébuleuse elliptique pour laquelle les étoiles pouvaient être résolues individuellement. Messier 87 continua à être appelée « nébuleuse extra-galactique » durant de nombreuses années, mais en 1956 elle fut reconnue comme étant une galaxie de type E0... La désignation E0 est utilisée pour une galaxie elliptique ne montrant aucun aplatissement, c'est-à-dire que son profil semble sphérique



Le trou noir

Au cœur de cette galaxie se trouve un trou noir supermassif (TNSM), nommé M87*, dont la masse est estimée à 6,5 ± 0,7 milliards de masses solaires. C'est l'une des masses les plus importantes pour ce type d'objet. Son diamètre est de 38 milliards de km48 soit 254 ua ou 1,5 jour-lumière49, ou encore environ 3 fois le diamètre de l'orbite moyenne de Pluton.

Autour de ce trou noir on trouve un disque d'accrétion de gaz ionisé, qui est orienté perpendiculairement au jet. Ce gaz orbite autour du trou noir à des vitesses allant jusqu'à 1 000 km s−1. Le gaz tombe par accrétion dans le trou noir à un taux estimé à une masse solaire par dizaine d'années

Bien connue des astronomes professionnels et amateurs, Messier 87, ou M87, a gagné en notoriété ce dernier trimestre avec la diffusion de la première image de l’histoire d’un trou noir (Mai 2019). Une photo qui, si l'on peut dire, a placé cette galaxie elliptique qui l'héberge sous les projecteurs.



Un trou noir insatiable au centre d’une galaxie massive

On peut voir le panache de droite filer à peu près droit depuis le centre galactique, puis ployer plus loin après avoir rencontré une région plus dense du milieu interstellaire. Les ondes de choc qui sont créées ne sont visibles que dans le rayonnement radio et l'infrarouge.

L' image grand champ (voir en suivant le lien) nous montre la galaxie entière. Rappelons au passage qu'à l'instar du trou noir hypermassif enfoui en son sein, elle est aussi, mais à sa façon, un monstre sans pitié, fort de 4.000 milliards de masses solaires (environ 200 milliards pour la Voie lactée). Logée au creux du superamas de la Vierge, elle se repaît de dizaines de galaxies qu'elle a attirées vers elle. Ses étoiles sont ici visibles en bleu et vert (longueurs d'onde de 3,6 et 4,5 microns) par contraste avec les gerbes de son trou noir géant teintées en rouge (8 microns).



Les premières pistes de la microastrologie

M-87 émet une énergie beaucoup plus puissante que notre Soleil ou le Centre Galactique, et parce qu'il est le noyau de notre galaxie, le SGC a un effet radical sur les humains : C'est un véritable vortex vers la conscience universelle qui s'ouvre à la fin du calendrier maya..
 L'astronomie du SGC est peut-être la meilleure description de l'élargissement des perspectives qui s'éveilleront chez l'homme selon  Galactic Feng Shui (Facebook)


Phillip Sedgwick dit que M-87 inspire les humains à rechercher les "étapes primitives de l'union du moi avec l'âme". Souvent, la meilleure façon d'y parvenir est de passer en revue les expériences passées à la lumière de notre conscience actuelle ; nous pouvons alors détecter les noyaux des futurs modèles évolutifs qui émergent dans notre espèce. 
Sedgwick dit que M-87 "contient les implications les plus futuristes des entités magnétiques", dit d'une autre manière, des éléments dans notre conscience qui atteignent les neuf dimensions. (les dimensions de l'Univers voir par exemple : https://sciencetonnante.wordpress.com/2011/03/14/non-lunivers-na-pas-10-dimensions/  )

NicK Anthony Fiorenza  :"J'ai réfléchi à cette idée depuis 1987 lorsque j'ai lu pour la première fois Astrologie de l'espace lointain, ce qui m'a amené à m'accorder à cette influence avec une intuition profonde. (Mon Neptune natal est 2 Trigone Balance Uranus/Saturne dans le Trigone Gémeaux Mercure en 29 Capricorne.) Sedgwick note que M-87 nous appelle pour nous réveiller et réaliser que notre mémoire karmique inconsciente est le fondement de l'avenir. L'exploration de ces anciennes données de la mémoire nous développe spirituellement, et ensuite nous nous rendons compte que l'action juste peut créer un avenir meilleur et nous libérer de la prison du temps cyclique. L'exploration de cette idée par Sedgwick est le thème de mon livre préféré, The Mind Chronicles (2010).


Pour ceux qui ne connaissent pas NicK Anthony Fiorenza : https://www.lunarplanner.com/
et ou Phillip Seddgwick :    http://www.philipsedgwick.com/


Par Elie Astro


                     

Aucun commentaire:

Publier un commentaire